Écrire pour explorer les mystères au-delà du fantastique

CHRONIQUE | " Personaé : l'éducation du scribe" d'Elijaah Lebaron

Hello ! Donner mon avis sur mes lectures n'était jusqu'ici pas au programme, mais tomber sur une histoire aussi intéressante m'a donné envie d'en parler ! En une semaine, à raison de deux chapitres ou plus chaque matin, j'ai découvert avec plaisir cette nouvelle mythologie.


Le résumé

La magie est de retour dans les terres d’Esper et de nouveau les luttes de pouvoir vont s'accélérer entre les Hommes et les Dieux.
Suivez les aventures de Devalin, un jeune Scribe pouvant invoquer avec son grimoire les sorts magiques les plus puissants. Sophyan, une femme forte et sans pitié portée par sa foi dans la poursuite de sa mission au sein des Chevaliers Saints. Enguerrand, le grand maître des Bardes-Guerriers du Premier Ordre engagé dans une lutte acharnée avec les Dieux. Marilian, une Alchimiste amoureuse de l’homme le plus recherché d’Esper. Humbeco, le gardien de la culture et de l’histoire qui se bat pour sauver une humanité mise en danger d’extinction par Personaé, la plus traîtresse des déesses.
Et si “Game of Thrones” était une oeuvre de Science Fiction ?
Découvrez un monde Médiéval Fantastique à Vapeur complexe, ou les dieux marchent parmi les Hommes. Une nouvelle mythologie inédite. Un roman décrivant des jeux de pouvoir entre magie, religion et politique dans leur conséquences les plus extrêmes. Une histoire parfaitement en équilibre entre le fantastique et la Science-Fiction qui cache bien des secrets.


Le milieu

Comme toute bonne oeuvre de ce genre, une carte de l'univers inventé s'impose afin de se repérer. Tout d'abord, j'aime beaucoup le nom « Terres d'Esper ». J'ai pris beaucoup de plaisir à y suivre les déplacements des personnages à travers ces contrées inconnues, la variété de ses paysages et leurs particularités décrites dans le corps de l'histoire. Un petit coup de cœur pour le village de Fin du Monde et le Bord du monde, les endroits les plus intrigants qui malgré les anecdotes révélées à leur sujet, conservent tout leur mystère. Le seul bémol qui au fond n'en est pas vraiment un, est que les Terres d'Esper n'ont pas été exploitées à 100 %. Certaines zones n'ont pas été abordées dans le récit, mais j'ai beaucoup de plaisir à imaginer que l'aventure dans ces contrées ne s'arrête pas là et laisse présager d'autres écrits dans cet univers. À voir donc...?


La fiction

Dès le début l'intrigue est claire : la déesse Personaé souhaite détruire l'Humanité. Mais pour quelle raison puisqu'elle est vénérée  ?
J'ai trouvé ce fil rouge très bien articulé à travers les objectifs respectifs des personnages principaux et secondaires. Les jeux d'influences et les entrelacement de rencontres ont apporté la dynamique nécessaire au récit. Tour à tour, on perçoit les enjeux à travers le regard de  Devalin, Marilian, Sophyan, Enguerrand, et celui d'Humbeco, plus transversal. Chacun à son importance et apporte sa pierre à l'édifice pour déjouer ou servir les sombres machinations de Personaé. Leur personnalité était bien posée et claire, pourtant, je ne me suis pas profondément imprégnée d'eux. Peut-être est-ce là le contrecoup du style de narration ou peut-être est-ce l'état d'esprit dans lequel j'ai abordé l'oeuvre (j'étais curieuse du fond). Il ne m'ont toutefois pas laissée insensible. J'ai éprouvé de la sympathie à l'égard de Devalin bien sûr, car sa situation n'est pas simple et j'ai grandement apprécié les personnages du village de Fin du Monde, en particulier le marin ^^ Il est difficile de ne pas en dire plus, mais je m'arrête là pour ne pas spoiler !


Le style

Le récit bénéficie d'une écriture limpide, et les quelques emplois de temps qui m'ont par moment semblé discutables, n'ont pas pour autant affecté la fluidité de la lecture. Je n'ai pas trébuché une seule fois sur une phrase et le vocabulaire varié permettait une progression de lecture aisée. La narration est en grande partie factuelle, ce qui n'est pas dérangeant car elle se voit ponctuée de parties plus immersives très bien décrites. Je n'ai eu aucun mal à m'imaginer les scènes d'action, les sensations perçues par les personnages étaient également bien imagées. En considérant ce parti pris concernant la narration, je pense avoir lu ce roman pour ce qu'il est et j'ai adoré ! J'ai vraiment eu le sentiment d'entrer dans l'univers d'Elijaah Lebaron :)


Le message

Pas un mais plusieurs. Au travers de cette oeuvre, je me suis plongée dans de nombreux questionnements sur notre humanité et bien d'autres pans de celle-ci notamment, la vie, la religion, la politique, la science et la technologie, etc. Pour ma part, j'y ai vu un plaidoyer en faveur de la préservation de la culture et du savoir, seuls remparts contre l'obscurantisme, les desseins et travers naturels de l'Homme (entre autres, la loi du plus fort).
Les citations en début de chapitres sont très utiles pour aiguiller sur leur contenu, et les grandes références (personnages et œuvres célèbres) étayent et ancrent le récit dans notre réalité. Je ne les ai sans doute pas toutes relevées (références), comme toutes les subtilités du fond de l'histoire, mais peut-être qu'au détour d'une seconde lecture, j'y serai plus réceptive. Mes citations préférées sont celles des chapitres 8, 12 et 18.


Conclusion

Une couverture intense qui réinvente une mythologie connue.
Un roman riche et passionnant de réflexion qui fait habilement le lien avec notre réalité.
Un univers bien construit.
Une écriture limpide.
Une intrigue claire qui s'approfondit au fil du récit.

Je recommande vivement !


Vous aussi souhaitez savoir ce que trame Personaé ? Rendez-vous sur :

***
Merci d'avoir partagé ce retour de lecture :) Retrouvez également tous mes focusarticles et œuvres en cliquant dessus. À bientôt pour un autre avis, cette fois sur "Le bazar des mauvais rêves" de Stephen King ;)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

©2017 selenederose.com. Tous droits réservés. Fourni par Blogger.